contacts newsletter
retour au hub Plein Sens


Pour vous inscrire à la newsletter entrez votre adresse e-mail.




se désinscrire

blog

Felipe Cassapo : “le mot écosystème prend tout son sens au Brésil”

04/08/2014

La ville de Curitiba au Brésil accueille et accompagne depuis 2009 le Centre International de l’Innovation, dirigé par Filipe Miguel Cassapo. Ce franco-brésilien installé depuis 14 ans au Brésil défend et promeut l’innovation durable, d’un point de vue écologique et sociétale. L’approche écosystémique brésilienne, la culture du dialogue et de la diversité plutôt que le conflit donnent des pistes à l’Hubservatoire dans l’étude des processus de coproduction de l’innovation. 

 


Le Centre international de l’innovation de Curitiba dépent de la Confédération nationale des industries, pouvez-vous nous en expliquer le mode de fonctionnement et les objectifs ?  

 

Filipe Miguel Cassapo : La Confédération nationale des Industries du Brésil (CNI) existe de puis 70 ans, elle intervient dans tout le pays dans une logique en réseau, autour des questions de développement de l’éducation et de l’activité industrielle au sens large. Ce réseau national s’articule autour de trois grandes missions ; d’abord la mission politique : la confédération pourrait être comparée à une forme de Medef local, elle protège les intérêts du patronat et accompagne le développement industriel en négociant directement avec l’Etat et les collectivités, pour la mise en place de crédits d’impôts notamment. Le deuxième volet est technologique : des missions relatives à l’éducation, la recherche appliquée et les transferts de technologie. La CNI gère notamment des réseaux allant du collège à l’équivalent brésilien des IUT, ainsi que des universités et des laboratoires de recherche. Enfin, le CNI intervient sur le champ du développement durable et humain dans l’entreprise, le bien-être du travailleur dans l’industrie. 

 

 

Quel est dans ce cadre le positionnement du Centre international de l’innovation ? 

 

Le Centre international de l’innovation (CII), créé il y a 5 ans, intervient sur la mission “technologique” du CNI, sur l’éducation professionnelle, par exemple en montant des conventions dans l’entrepreneuriat innovant, en s’attachant à former des entrepreneurs - ou intrapreneurs - qui ne soient pas seulement des techniciens : les formations techniques sont complétées par des modules relatifs à la culture de l’entrepreneuriat et du “business”. 

 

Le CII intervient également sur les missions d’accompagnement et de conseil en gestion stratégique, en conception produit, nous menons un groupe de conseil autour de l’innovation ouverte, animons un réseau de business angels ainsi qu’un groupe dédié aux joint ventures. Nos missions et nos ambitions sont assez proches dans l’esprit de ce que l’on retrouve en Californie (avec la Silicon Valley) ou à Tel Aviv. Enfin, nous intervenons sur la recherche appliquée en accompagnant des laboratoires liés au développement durable. 

 

Nous nous positionnons ainsi comme un acteur important sur le territoire de Curitiba, au coeur d’une stratégie centrée sur une innovation qui ne soit pas un processus rigide mais une culture et une relation écosystémique. Nous souhaitons catalyser d’un point de vue biologique les innovations au coeur de la société civile. Les secteurs d’activités suivis par le CII vont des entreprises de construction en bois au secteur de l’agro-business (très important dans la région de Curitiba), de l’automobile (Renault, Peugeot, Fiat) et bien sur les TIC. Six-cent entreprises sont suivies par le Centre. 

 


En quoi peut-on parler d’un modèle brésilien dans ce secteur de l’innovation ? 

 

Parmi les facteurs culturels de succès, il faut avant tout comprendre que le mot écosystème prend tout son sens dans un pays comme le Brésil. Le caractère multiculturel du Brésil est naturel, n’est pas vécu en tant que problème, comme souvent en Europe. Nous ne cherchons pas à uniformiser les systèmes de pensée, préservons l’autonomie et avons adopté une culture du dialogue. Il s’agit donc bien d’un écosystème et non d’un modèle uniforme. 

 

L’autre facteur important tient à l’immensité du pays. Nous sommes à la fois conscients de l’importance des ressources naturelles et de notre responsabilité par rapport à la biodiversité, une raison pour laquelle nous voyons l’innovation comme ayant un rôle dans le développement durable, et pas seulement économique, un développement respectueux tant de la nature que des êtres humains. 

 

Pour aller plus loin, on peut parler au Brésil d’un véritable “amour” pour la diversité et la volonté de promouvoir un dialogue respectueux et éthique. Ces facteurs sont à l’origine d’une chaîne dans laquelle le dialogue alimente notre créativité, elle même génératrice d’une forme d’entrepreneuriat innovant et du développement économique du pays. Pour boucler la boucle, nous nous appliquons à agir dans une logique de développement sociétal durable. 

 

Quel parallèle avec l’Europe, que vous connaissez également ? 

 

Ce type de vision de l’innovation peut représenter à la fois une opportunité et un challenge pour l’Europe. Cette culture du dialogue s’inscrit au Brésil dans un pays constitué notamment par des vagues d’immigration successives qui ne sont jamais entrées en conflit. Il suffit de venir à Curitiba pour se rendre compte du caractère multi-culturel de la ville. L’Europe n’a pas cette culture du dialogue, son histoire est moins pacifique et l’intégration n’a pas le même sens qu’au Brésil, le dialogue y est moins développé. Créer les conditions de création d’un écosystème innovant basé sur la diversité et le dialogue représente ainsi un véritable défi pour l’Europe. 

 


Propos recueillis par Régis Chatellier

Licence Creative Commons
Cet article de l'Hubservatoire - Régis Chatellier est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Aller plus loin : 
- Regard sur ... "Les centres d’innovation", interview de Filipe Cassapo par l'UTC Compiègne, février 2010
- Le Brésil et l'UTC, une histoire qui dure, in Interactions, revue de l'Université technologique de Compiègne, février 2014, p.5
- L’Open Innovation Sociétale - Ouvrir le processus d’innovation de l’entreprise est-il un moyen de mieux répondre à ses enjeux sociétaux ?, étude Bluenove - BVA 

Tweets de @Hubservateur

Les 6 principes clés de l'économie symbiotique http://t.co/KPzNS10fGs


plus

Tweets de @Hubservateur

Comment réintroduire de l'imagination en politique? http://t.co/AqJq1OqVDt via @LeHuffPost


Nos
partenaires :

logos partenaires